Le guide des restaurants bio et engagés

- indépendant - fiable - gourmand -

Connexion

Avec le soutien de

Enercoop, au cœur de la transition énergétique Moulin des Moines, pionnier de la bio en France Biocoop Restauration, pour une restauration bio, locale et équitable
+ d'infos

OMBELINE HOOR: "TO BIO OR NOT TO BIO ?"

Auteur du site NaturOh!, Ombeline Hoor a publié en 2016 "J'achète moins, je vis mieux, c'est parti!". Elle nous parle avec conviction de ses engagements à travers un questionnaire à la sauce bio.

Par David Prochasson


  • Ombeline Hoor.
    Ombeline Hoor.
    © DR
  • "J'achète moins, je vis mieux, c'est parti!" Par Ombeline Hoor.
    © DR
  • Ombeline Hoor.
    Ombeline Hoor.
    © DR
  • OMBELINE HOOR:

    ©

Le bio, elle est tombée dedans, dit-elle, toute petite. Dans son livre, J'achète moins, je vis mieux, c'est parti!, Ombeline Hoor traque, en "consom'actrice", les bonnes habitudes pour la santé, la planète et le mental. Il n'est pas question, ici, de chasse aux calories: en hédoniste, elle défend avant tout une alimentation équilibrée, respectueuse du corps et de l'esprit.

Des convictions à la conversion professionnelle, il n'y avait qu'un pas, qu'elle a franchi en toute logique. Agée de 30 ans, cette globe-trotteuse accomplie a posé ses valises à Nantes, sa ville d'origine, pour lancer son activité de naturopathe et de consultante en alimentation. Elle exerce à son cabinet et surtout en entreprise. "Ma cible, c'est le salarié, fatigué, qui fait des pauses à rallonge à la machine à café. Signe, souvent d'un déséquilibre alimentaire", résume-t-elle.

Ses conseils et trouvailles, elle les distille aussi sur son site NaturOh!, et même à domicile. Chaque semaine, Ombeline Hoor ouvre sa cuisine à une poignée de personnes pour élaborer un dîner autour d'une thématique. Pour commencer la journée, elle répond à notre questionnaire "To Bio or not to Bio ?".

Je préfère le plaisir à la culpabilité

Votre dernière découverte gourmande ?

Les gaufres liégeoises. Une véritable gourmandise réconfortante découverte à Lille…

Êtes-vous plutôt quinoa ou foie gras ?

Plutôt quinoa, même si ce n'est pas local… Je n'ai rien contre le foie gras mais j'en mange une fois par an, pas plus.

Quelle est la place du bio dans votre vie ?

Prépondérante. Je suis tombée dans le bio quand j'étais petite. Mes parents étaient tous deux écolos et mangeaient bio bien avant la tendance de la graine germée dans la laitue.

Plutôt vin nature ou jus detox ?

Vin nature, assurément. D'abord parce que j'aime tout simplement le vin. Ensuite, parce que j'ai l'impression que le jus detox fige les gens dans la culpabilité et la frustration. Et je préfère l'idée de plaisir, de la vie, du partage.

Plutôt sans gluten/sans sucre/sans lactose ou sans limites ?

Je suis plutôt avec tout ! Je prône l'équilibre. Si le gluten ou le lactose n'est pas problématique, il n'y a aucune raison de s'en priver. A choisir, j'enlèverai à la rigueur les produits laitiers, dont le corps n'a pas besoin. Mais si ce n'est pas consommé avec excès, ça me va.

J'aime voir l'engagement du restaurateur

Qu'aimez-vous par dessus tout au resto ?

J'aime voir l'engagement du restaurateur, voir qu'il essaye de travailler avec les meilleurs produits, avec du local, du bio.

Qu'est-ce qui vous énerve au resto ?

L'omniprésence des produits jetables.

Qu'est-ce que vous ne mangerez jamais (ou plus jamais) ?

Je ne mangerai plus jamais de piment mexicain ! J'ai pleuré tout ce que j'ai pu après avoir croqué dedans lors d'un voyage en Amérique latine.

Qu'est-ce que vous avez du mal à avaler dans les discours servis par nos dirigeants?

Je m'en fiche royalement… Pour moi, le changement vient d'en bas. J'encourage chacun à prendre des initiatives et à œuvrer à son niveau. Ça fait longtemps que je n'écoute plus les politiques: ils m'obligent à râler, à voir le négatif plutôt qu'à positiver.

Des nourritures spirituelles à conseiller ?

Les 7 plumes de l'aigle d'Henri Gougaud, un récit entre l'Amérique latine et l'Europe. Mais aussi les livres de Delphine de Vigan ou de Chuck Palahniuk, l'auteur de Fight Club.

Une bonne adresse pour se faire du bien ?

Le marché. C'est le meilleur endroit pour flâner, pour goûter ce qu'on ne connaît pas. Ce n'est pas pour rien que c'est une des premières choses qu'on fait quand on voyage. Les marchés flattent l'œil, on y découvre une culture, on y rencontre la population. A Nantes, je vais une fois par semaine au marché de la Petite Hollande ou de Talensac.

Dernière mise à jour : 23/02/2017

Recevez l'actualité

des restaurants engagés

Avec le soutien de

Enercoop, au cœur de la transition énergétique Moulin des Moines, pionnier de la bio en France Biocoop Restauration, pour une restauration bio, locale et équitable
+ d'infos