Le guide des restaurants bio et engagés

- indépendant - fiable - gourmand -

Connexion

Avec le soutien de

Enercoop, au cœur de la transition énergétique Moulin des Moines, pionnier de la bio en France Biocoop Restauration, pour une restauration bio, locale et équitable
+ d'infos

Bio Cohérence : quand le bio fait du bien

Face à l'industrialisation de la filière bio, le label Bio Cohérence garantit "proximité, qualité et cohérence". Son président propose une idée : et si on jumelait les villes avec des bouts de campagne ?

Par Guillaume Guitton


  • Marlène et Florian Orange, de la Ferme de Potensac, dans le Larzac, sont membres de Bio Cohérence.
    Marlène et Florian Orange, de la Ferme de Potensac, dans le Larzac, sont membres de Bio Cohérence.
    © DR
  • Image extraite du reportage "La Face cachée du bio low cost".
    Image extraite du reportage "La Face cachée du bio low cost".
    © France 5 / DR

Des reportages diffusé récemment (La face cachée du bio low cost sur France 5 ou Manger sain: notre obsession, leur business dans Capital, sur M6) montrent le risque de dérives liées au fort développement du marché du bio : tendance à l'industrialisation, peu de considérations pour l'aspect sociétal...

Ce mouvement est également illustré par la décision du conseil régional d'Auvergne–Rhône-Alpes de réorienter les subventions bio vers l'agro-industrie au détriment de l'agriculture paysanne.

L'occasion rêvée de faire un point sur le label Bio Cohérence, qui propose depuis 6 ans un cahier des charges particulièrement exigeant.

Un tournant pour Bio Cohérence

Lancé par quelques poids lourds de l'agriculture bio (parmi lesquels la Fnab, les magasins Biocoop, Biomonde, Pronatura...), Bio Cohérence fait le pari depuis 2010 de proposer un cahier des charges porteur d'une démarche de progrès, plus exigeant que les labels AB et bio européen.

L'association qui le porte présente la particularité d'être constituée de représentants de l'intégralité des filières : producteurs, transformateurs, distributeurs, et consommateurs.

6 ans après son lancement elle revendique 500 adhérents. C'est moins que ce que les fondateurs espéraient, admet sans détour Alain Delangle, l'actuel président de l'association Bio Cohérence. Mais il pense toutefois que le moment d'une plus large reconnaissance est peut être arrivé. Surtout que le label a un rôle de contrepoids à jouer.

Car, comme le montre le reportage diffusé sur France 5, le marché des produits bio atteint des sommets (5,5 milliards d'euros en 2015, 10 % de plus qu'en 2014, selon L'Agence Bio) et cela aiguise les appétits. Les produits labellisés se développent, mais avec une tendance à l'industrialisation.

Un label pour la grande distribution ?

« La multiplication de produits avec le label AB et le label européen a sans aucun doute contribué à la bonne santé du marché du bio. Mais plus que jamais il est nécessaire de rappeler que l'agriculture biologique est une démarche qui repose sur des valeurs fortes. Les labels AB et européens doivent constituer un socle, et non un aboutissement », observe Alain Delangle, qui croit en l'agriculture biologique comme manière d'installer un véritable commerce équitable entre Nord et Sud.

Et il est vrai que les produits labellisés que l'on trouve en grande surface et qui proviennent des serres du sud de l'Espagne, par exemple, n'en prennent pas vraiment le chemin...

L'association n'est cependant pas fermée à la possibilité d'un dialogue avec cette grande distribution (à ce jour, les produits labellisés Bio Cohérence sont uniquement distribués en magasins spécialisés). « Pourquoi ne pas réfléchir à un label pour viser aussi la grande distribution ? On est à un moment charnière, il faut rester ouvert », affirme Alain Delangle.

Jumelages entre villes et campagnes

Dans un souci de faire bouger les lignes et de mobiliser autour des valeurs qui sont celles défendues par ses membres (proximité, qualité, cohérence), le président de Bio Cohérence souhaite « faire de la pédagogie », car « il n'y a jamais eu autant de déconnexion entre le monde paysan et les consommateurs, notamment dans les villes ».

Ainsi, l'idée de travailler sur des rapprochements entre monde urbain et monde rural fait son chemin au sein de l'association, sur le modèle des jumelage entre villes de pays différents. Un projet pourrait bientôt voir le jour entre la ville de Paris et une commune normande.

Comptez sur The Place to Bio pour vous tenir informés si cette belle idée aboutit !

JEU CONCOURS SPÉCIAL FACEBOOK
Pour remercier nos 5555 fans Facebook (et tous ceux qui nous ont rejoints depuis), nous vous proposons un jeu concours sur notre Facebook : il y a 20 bons d'achat de 20 euros chez Altermundi à gagner. N'hésitez pas : vous avez jusqu'au mercredi 23 novembre à midi pour participer !
>>
Cliquez ici pour participer au concours

Dernière mise à jour : 21/11/2016

Recevez l'actualité

des restaurants engagés

captcha

Avec le soutien de

Enercoop, au cœur de la transition énergétique Moulin des Moines, pionnier de la bio en France Biocoop Restauration, pour une restauration bio, locale et équitable
+ d'infos